Jack Lang, candidat à sa réélection sur la 6e circonscription

Publié le par Jack Lang

Ses atouts? Ses entrées parisiennes…

Le commando est de choc… Dominique Dupilet, président du Département, Hervé Poher, vice-président du conseil général et maire de Guînes, Martial Herbert, conseiller général et maire de Marquise et quelques élus calaisiens dont le conseiller général Philippe Vasseur et le 1er adjoint Charles François encadrent Jack Lang et prêchent la bonne parole sur son rôle indiscutable sur le développement de cette circonscription depuis cinq ans. […]

 

Le serrurier socialiste

[… Dominique Dupilet renchérit] : « depuis cinq ans, la collaboration avec Jack Lang est riche pour le Pas-de-Calais. Il sait ouvrir les portes et pas seulement les portes ministérielles ». Le président aligne les exemples. « Que ce soit en développement touristique ou environnemental, le député est très utile. Et nous comptons sur lui pour l’implantation d’un Center Parc sur le littoral très prochainement. Nous devons trouver 150 hectares d’un seul tenant pour que le projet se fasse enfin ». Dominique Dupilet insiste sur le rôle primordial du député sur les dossiers sociaux grâce à son entente avec le ministre de l’époque Jean-Louis Borloo. « Il nous a permis de rentrer dans plusieurs ministères dont celui de l’Education nationale, de l’Intérieur ». Le président du département insiste en soulignant qu’il est aussi très utile d’avoir un député conseiller régional : « Pour la digue de Wissant, la Région octroie pour la première fois une subvention grâce à Jack Lang ».

Et puis, pour les cas difficiles, « nous pouvons toujours compter sur lui… ». L’éloignement du député parisien ne le choque pas. « Il ne se passe pas une semaine sans un coup de téléphone pour faire le point. Et puis, nous avons besoin de ses contacts parisiens. Nous ne pouvons pas nous passer de ses qualités, de quelqu’un qui s’ouvre les portes de l’Elysée en 48 heures ». Dominique Dupilet est un vrai fan : « Si les 14 députés du Pas-de-Calais sont importants, sa présence est unique. Et puis le tandem fonctionne très bien. Hervé Poher sur le terrain et Jack Lang au national ».

Le ton est donné, Jack Lang n’en attendait pas moins : « Je crois en l’intelligence politique. Nous avons une équipe de combat animée] par une ambition commune, la défense de la circonscription, du Département. Voici cinq ans, j’étais un parachuté, aujourd’hui je suis adopté, que l’on m’aime ou que l’on ne m’aime pas. Et ici, je me sens chez moi ». Jack Lang tente de prouver par les chiffres que sa présence à Paris n’est pas inutile : questions écrites, propositions de loi, contestations de nombreux projets.

Dominique Dupilet l’a dit, il le répète : « Certains dossiers locaux ne peuvent être réglés qu’avec l’aide de l’Etat et je peux accéder à tous les ministères ». Pourtant le Louvre 2 se construit à Lens, pas à Calais. « Si Calais l’avait voulu, je pense que nous aurions pu l’avoir… Le Louvre au bord de mer aurait été une très bonne chose. Mais le projet est resté dans le département, nous avons remporté une victoire devant Amiens, Valenciennes… »

Jack Lang pousse même le bouchon un peu plus loin. Il prouve son utilité en mettant en avant ses bonnes relations avec Nicolas Sarkozy. Quelques jours après l’avoir diabolisé à outrance pendant toute la campagne de la présidentielle : « Mais nous avons un respect mutuel. Nous avons travaillé souvent ensemble, sur la double peine, Sangatte. Je le connais depuis 20 ans ». Un changement de ton étonnant ? « Je considère que quand on est dans l’Etat, on doit respecter les personnes de droite comme de gauche ».

Et sur le terrain, il fait une entière confiance à Romain Cornu, son assistant parlementaire : « Il a traité 10 000 courriers durant les cinq années et 7 000 ont reçu une réponse positive ».

Mais Jack Lang se veut avant tout être un protecteur du service public, des acquis sociaux, des entreprises et des salariés. Le mot de la fin revient à son suppléant, Hervé Poher : « Notre présence confirme que nous voulons aller jusqu’au bout avec Jack Lang, un certain nombre de dossiers ne sont pas bouclés. Et il a une qualité que l’on n’a pas, il est têtu comme un âne ».



Nord Littoral
Mardi 22 mai 2007
Calais
Philippe HENON
P7

Publié dans Articles de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tomas 24/08/2010 17:46


Il me semble indélicat de parler d' "entrées parisiennes ". Ce qui impliquerait une vision fatalement électoraliste de la politique, au détriment des convictions des personnes.


Jack Lang 02/06/2007 17:09

Bonjour,

L'entrée de ma fille au MoDém est un choix politique que je respecte totalement. Elle reste, comme elle le souligne, "très proche de la gauche et des programmes visant à aider les intermittents du spectacle notamment".
Je m'exprimerai plus en détail sur ce sujet dans un prochain communiqué.
Je reste à votre entière disposition

Merci pour votre contribution sur ce blog.

Jack Lang

tintin 29/05/2007 13:48

Bonjour

J'ai lu un article où elle s'exprime en commentant son adhésion aux idées de François Bayrou.
Pouvez-vous nous donner votre avis sur cette entrée de votre fille au MODEM?
Merci